Catégorie : Événements

EXPOSITION – Présentation du premier prototype des tableaux de commandes – janv. 2020

Fin janvier 2020, le premier prototype des sculptures interactives a été présenté au public. Retour en images sur l’exposition.

Première étape de la fabrication des sculptures interactives

Du 28 janvier au 2 février 2020, TANGIBLE présentait son premier prototype des sculptures interactives lors de l’exposition Le pas de côté à la galerie Jean Collet à Vitry-sur-Seine. Les sculptures interactives ont été assemblées à partir de composants des anciens tableaux de la salle des commandes des machines de la centrale. La diffusion des  contenus interactifs (vidéos du parcours Transformateur) a été pensée et développée lors d’ateliers de créations.

Diffusion inédite d’un court-métrage documentaire Rituels de passage

Dans ce court-métrage, TANGIBLE explore la fabrication de rituels de passage en complicité avec certains anciens salariés de la centrale et les jeunes du collègue Rabelais de Vitry sur Seine.
L’un de ces rituels a été imaginés pour accompagner la nouvelle implantation d’une section de 10 mètres d’un convoyeur (tuyau colossal conduisant le charbon à l’intérieur de la centrale). Nous avons réalisé avec les anciens salariés une fresque qui couvre l’intérieur du convoyeur, avec les plans des machines du bloc usine et les photographies d’archives des moments de luttes et de loisirs partagés quand la centrale était en fonctionnement.

Le deuxième rituel été inventé lors d’une inauguration symbolique du démantèlement du parc à charbon. Il a rassemblé jeunes et anciens autour d’un lègue et d’une cérémonie des bleus de travail. Onze jeunes du collège Rabelais ont participé ce rituel dans le cadre d’une action menée avec eux sur 3 ans au sein de la centrale.

REPRÉSENTATION – Inauguration symbolique du démantèlement – nov. 2018

Le 13 novembre 2018, TANGIBLE et EDF se sont associés pour inviter des jeunes collégiens de Vitry-sur-Seine et d’anciens agents EDF lors d’une inauguration symbolique du démantèlement des parcs à charbon.

Cette première année de résidence [2018] au cœur des parcs à charbon a été en effet ponctuée de nombreux ateliers avec les jeunes vitriots, de visites et interviews avec certains anciens salariés de la centrale.

Riches de ces rencontres, TANGIBLE a donc souhaité créer un temps fort ; la date du 13 novembre a donc été choisie pour cette inauguration afin de marquer définitivement la fin de l’activité du charbon aux Ardoines.

Pour l’occasion, TANGIBLE a imaginé un rituel de passation entre les jeunes et les anciens agents EDF réunis pour l’occasion. Ainsi, après un temps de partage, chaque jeune a reçu de la main d’un ancien salarié, un bleu de travail orné d’un symbole électrique lui correspondant et porteur de sens.

Cette journée, imaginée en collaboration avec les équipes EDF, a rassemblé des partenaires de la ville de Vitry-sur-Seine, de L’EPA-ORSA , et d’acteurs de la vie du quartier des Ardoines ainsi que nos partenaires publics et privés.

REPRÉSENTATION – Points de vue – Premier pivot – Transformateur – oct. 2018

Les 5, 6 et 7 octobre 2018, TANGIBLE donnait cinq représentations de sa création, Transformateur, après huit mois de résidence dans les parcs à charbon de la centrale EDF de Vitry-sur-Seine.

Programmé dans le cadre de Mur/Murs, festival dédié à la création dans l’espace public à Vitry-sur-Seine, Transformateur proposait une immersion dans l’ancienne centrale des Ardoines, à l’arrêt depuis 2015.

Les spectateurs, venus nombreux, ont pu traverser un site rendu à nouveau vivant par des scènes performées, dansées et rythmées de créations sonores et percussions live.

Pour accompagner les enjeux de transformation, liés à ce site industriel colossal, les archéographes se sont employés à réanimer le cœur des espaces encore porteurs de sens, d’imaginaires et de support pour la suite.
Ainsi, les herbiers, la coupe stratigraphique et les bacs d’évolution du charbon ont attesté d’une présence végétale foisonnante sur le site. Les costumes créés à partir des bleus de travail retrouvés dans la centrale, portaient le dernier témoignage de l’activité ouvrière du site. Comme un appel à la transformation de ce qu’il reste du monde ouvrier.

Offrant des tableaux aux airs tantôt poétiques, tantôt humoristiques ou scientifiques, Transformateur a été une véritable invitation à rêver les futurs possibles et impossibles d’un tel site !

“Comme les premiers hommes sur la lune ou plutôt les derniers”

Si cette première année de résidence de TANGIBLE en lien avec l’ancienne centrale EDF a été riche de rencontres, de créations et de partage avec le public, deux autres années restent à imaginer.
Les archéographes auront offert un premier et dernier tour des parcs à charbon puisque le site inaugure son démantèlement à la fin de l’année 2018.

Equipe d’archéographes :
Direction artistique et chorégraphes : Edwine Fournier et Sébastien Molliex
Direction musicale et composition : Gwennaëlle Roulleau
Performeurs : Olivia Caillaud, Gerry Quévreux et Stéphane Couturas
Paysagiste : Isabel Claus
Percussionniste : Thierry Waziniak
Costumière : Myriam Drosne
Vidéaste-documentariste : Romain Vallée

Points de vue (2018-2020) existe grâce au soutien des trois partenaires pilotes : EDF, la ville de Vitry-sur-Seine et l’EPA ORSA.

REPRÉSENTATION – Visites de chantiers archéographiques – juin 2018

Le 22 juin 2018, les archéographes ont organisé deux visites de chantiers archéographiques ouvertes au public et au partenaires du projet. Cette invitation, qui a rassemblé plus de 70 personnes, était l’occasion de découvrir les premiers chantiers initiés dans les parcs à charbon de la centrale EDF de Vitry-sur-Seine.

Le public, guidé par deux archéographes (les directeurs artistiques), était invité à déambuler de chantier en chantier pour découvrir les premières premières créations. Parmi elles : créations textiles, recherches paysagères, premières compositions sonores et performance live, paroles des anciens agents de la centrale, mise en scène des corps des archéographes en écho avec le corps de l’usine…

Comme une mise en situation, ces visites de chantier ont permis d’appréhender l’espace et de confronter les premières pistes de réflexion face au public, en préfiguration des grandes représentations publiques prévues pour le début octobre 2018.

Equipe d’archéographes :
Direction artistique et chorégraphes : Edwine Fournier et Sébastien Molliex
Direction musicale et composition : Gwennaëlle Roulleau
Performeurs : Olivia Caillaud, Gerry Quévreux et Stéphane Couturas
Paysagiste : Isabel Claus
Percussionniste : Thierry Waziniak
Costumière : Myriam Drosne
Vidéaste-documentariste : Romain Vallée

Points de vue (2018-2020) existe grâce au soutien des trois partenaires pilotes : EDF, la ville de Vitry-sur-Seine et l’EPA ORSA.

EXPOSITION – Rétrospective de Pays de Bièvre – janv. 2017

Cette exposition a été l’occasion pour TANGIBLE de proposer une rétrospective immersive des 4 années (2012-2016) de création artistique le long de la Bièvre.

 C’est en 2012 qu’a débuté le projet Pays de Bièvre par une invitation de l’agence culturelle Des ricochets sur les pavés à explorer l’histoire singulière de cette rivière et à arpenter son cours.Au fil de leurs enquêtes, TANGIBLE invente et peaufine une nouvelle matière artistique : l’archéographie. Ce compagnonnage a donné lieu à plusieurs rendez-vous artistique avec le public à Gentilly, Arcueil, L’Haÿ-les-Roses, Paris 13e et Buc (78).

Créations sonores de Gwennaëlle Roulleau

REPRÉSENTATION – Amarrage du B.UC. dans le quartier des Ardoines à Vitry – mai 2016

Entre mai et novembre 2016, TANGIBLE a invité les habitants du quartier Balzac à plusieurs traversées exploratoires du quartier des Ardoines à Vitry-sur-Seine (94) démarrant du centre de quartier Balzac jusqu’à l’ancienne centrale thermique EDF, en plein cœur des Ardoines.

C’est dans la continuité du projet de migration imaginaire «Balzac-sur-seine» initié avec les jeunes du quartier que les habitants du quartier ont été conviés à traverser ces espaces peu connus et investir ensemble, par des explorations physiques simples, les berges de la Seine.

Au programme :
Exposition de cartes des Ardoines revues par les jeunes du centre de quartier Blaise Pascal
Récits de vies récoltés par Ludovic Souliman et racontés à différents moments de la journée
Projections vidéos créées avec les jeunes du centre de quartier Blaise-Pascal, accompagnant les témoignages d’anciens ouvriers de la centrale EDF
Expédition sonore en mini-bus à travers les Ardoines, vers un lieu potentiel de villégiature : les berges de «Balzac-sur-seine»

DISTRIBUTION :

Equipe d’archéographes :
Conception et réalisation
Edwine Fournier
Sébastien Molliex
Gwennaëlle Roulleau

Création sonore :
Gwennaëlle Roulleau

Conteur :
Ludovic Souliman

Proposition construite en partenariat avec le centre social Balzac, le centre de quartier Blaise-Pascal et la ville de Vitry-sur-Seine. Avec le soutien de la DRAC Ile-de-France et du Ministère de la Ville.

REPRÉSENTATION – Open Sources – Diptyque II – sept. 2016

Les 24 et 25 septembre 2016, les archéographes présentaient Open Sources, le second volet du parcours chorégraphique et plastique écrit pour les sources de la Bièvre à Buc (78). Pensée comme un spectacle déambulatoire, cette traversée (les pieds dans l’eau !) s’est appuyée sur la richesse du patrimoine architectural bucolique et obscur de Buc.

Sources souterraines, sources grandiloquentes, sources intimes, sources royales, sources blessées ou sources qui mènent tout droit vers la mer, les sources de la Bièvre ont été le fruit d’une exploration « grandeur nature » pendant une année par Tangible.

DISTRIBUTION :

Equipe d’archéographes :
Conception et réalisation
Edwine Fournier
Sébastien Molliex
Françoise Bachelard
Christine Coutris
Gwennaëlle Roulleau
Manon Gignoux

En partenariat avec la Ville de Buc, sur une commande Des ricochets sur les pavés dans le cadre de la programmation Bièvre*ImaginaireS.

REPRÉSENTATION – Résurgence – Diptyque I – juin 2016

Après la remontée à contre-courant de la Bièvre à Gentilly et à Arcueil, c’est à Paris que les archéographes ont proposé, les 17, 18 et 19 juin 2016, des traversées chorégraphiques et plastiques de 2h au cœur du quartier des Gobelins.

Directement inspirée des lieux qui ont jadis baignés « leurs pieds » dans la Bièvre, cette création proposait au public l’expérience d’une Bièvre réveillée et révélée par l’imaginaire. Conçue à l’échelle d’un quartier, elle a pris la forme d’un cheminement le long de l’ancien lit, où entrait en scène tout un récit autour de la couleur, mettent en lumière l’activité de teinturerie des Gobelins qui aurait déverser pendant des années les restes de ses teintures dans la rivière.

Sur les traces de M. Chevreul (personnage important de l’histoire de la couleur et des Gobelins), devant la teinturerie de la Manufacture des Gobelins, ou encore dans la cour du Château de la Reine blanche, l’histoire colorée de la Bièvre à fait surface.
Les moutons ont pris leur place dans le récit comme matérialisation poétique de la coloration de la Bièvre. Il se seraient abreuvés de ses eaux jusqu’à en porter les stigmates colorés ! Les archéographes ont également rendu palpable l’âme de M. Chevreul, si présente dans la Manufacture, par la mise en place d’un cercle chromatique composé d’écheveaux de laine fabriqués sur place, en face du Mobilier National.

DISTRIBUTION :

Equipe d’archéographes :
Conception et réalisation
Edwine Fournier
Sébastien Molliex
Françoise Bachelard
Manon Gignoux
Ghislaine Louveau
Christine Coutris, accompagnement écriture

Accompagnée de :
Laurent Géant, musicien

Spectacle coproduit par Art’R, lieu de fabrique itinérant pour les arts de la rue à Paris, et avec le concours du Mobilier national – Manufacture nationale des Gobelins.
Sur une commande Des ricochets sur les pavés dans le cadre de la programmation Bièvre*ImaginaireS.

REPRÉSENTATION – Traversée Archéographique – oct. 2015

Les 3 et 4 octobre 2015, à 12h30, TANGIBLE a proposé une Traversée archéographique, dans le cadre de Mur/Murs, semaines des cultures urbaines organisées par la Ville de Vitry-sur-Seine (94)

Ce parcours urbain chorégraphique et plastique est le premier opus d’une implantation artistique et territoriale durable qui s’empare des mutations urbaines, sociales et culturelles vécues par Vitry-sur-Seine, dans le quartier des Ardoines.

De Gare au théâtre, en direction des bords de Seine, la Traversée archéographique a pour centre de gravité le site du futur collège du Port-à-l’Anglais. Elle propose un temps en suspension, un temps pour s’imprégner des récits passés, pour envisager un futur ancré et cohérent et pour laisser émerger l’imaginaire au sein même du réel.

DISTRIBUTION :

Equipe d’archéographes :
Conception et réalisation
Edwine Fournier
Sébastien Molliex
Françoise Bachelard
Manon Gignoux

Les élèves de l’Académie Municipale de Danse de Vitry-sur-Seine : 
Virginie Baudouin, Catherine Chaumontet, Pierre Desvignes, Elisabeth Ferron, Aude Fouchet, Juliette Lelay, Pascale Siefrid, Marianne Simonet
et leur enseignante : Virginie Delpierre.

En partenariat avec la Ville de Vitry-sur-Seine, les Ecoles Municipales Artistiques de Vitry-sur-Seine et le Conseil Départemental du Val-de-Marne et en collaboration avec l’EPA-ORSA et Gare au théâtre.

REPRÉSENTATION – La Bièvre à contre-courant – Emersion Opus 2 – sept. 2014

Pendant l’année 2014, les archéographes de TANGIBLE ont exploré le lit de la Bièvre à Arcueil (94), à partir d’où ils l’avaient laissé lors de l’Opus 1 : au parc du Coteau. Ce nouvel opus de La Bièvre à contre-courant, présenté pendant les journées du patrimoine en septembre 2014, a permis de raconter l’histoire locale de la Bièvre ainsi que ses histoires mineures et le paysage singulier qu’elle a creusé.

Les temps d’exploration, d’échanges et d’ateliers de cette deuxième résidence ont fait émerger de nouveaux sites à investir et à rêver. L’espace devant la Maison de l’environnement, le long du dalot ; l’ancienne blanchisserie abandonnée ; le quartier des musiciens anciennement zone de marais de la Bièvre ; les locaux du service technique de la ville où le goudron gondole encore de la présence des eaux souterraines ; la Faisanderie au pied de l’aqueduc. Et enfin les maisons de certains habitants qui ont une histoire particulière avec la Bièvre.

DISTRIBUTION :

Equipe d’archéographes :
Conception et réalisation
Edwine Fournier
Sébastien Molliex
Françoise Bachelard
Manon Gignoux

Accompagnée de : 
Pablo Schatzman, violoniste

En partenariat avec la Ville d’Arcueil, sur une commande Des ricochets sur les pavés dans le cadre de la programmation Bièvre*ImaginaireS.